Décote, surcote : on fait le point


La retraite en France est profondément liée à l’état de votre carrière. En effet, pour liquider sa retraite dans des conditions normales il est nécessaire de remplir une sorte de « contrat » à double conditions : il faut avoir atteint l’âge légal d’ouverture de droits à pension (relevé à 62 ans aujourd’hui) et réunir une carrière complète (c’est à dire un nombre de trimestres de retraite qui dépend de votre année de naissance). Si vous liquidez vos droits sans réunir le nombre de trimestres suffisants, vous êtes susceptibles de subir une décote (une réduction du montant de votre pension). À l’inverse, si vous dépassé les critères du « contrat » et que vous prolongez votre activité, vous pourriez bénéficier d’une surcote (une majoration du montant de votre pension).

Le Cercle de l’épargne vient de publier début mai son « mensuel de l’épargne et de la retraite« , dans lequel il fait le point sur le mécanisme de la décote et de la surcote, et ses effets sur les pensions de retraite. Tour d’horizon :

La décote concerne de plus en plus de retraités

L’étude constate que les assurés qui liquident leurs pensions de retraite obligatoires avec une décote sont de plus en plus nombreux : 8,2 % des pensions du régime général liquidées en 2014 ont fait l’objet d’une décote. Ce taux atteint 14,4 % pour la fonction publique civile d’État et 6,6 % pour la fonction publique territoriale et hospitalière. Certains régimes spéciaux sont encore plus touchés par le phénomène : ainsi 37,5 % des nouveaux retraités de la SNCF perçoivent une pension avec décote. Ils sont 27,7 % à la RATP. À titre de comparaison, sur le nombre global de retraités nés en 1946 et qui sont déjà partis à la retraite, seuls 5,7 % ont subi l’abattement.

Pourquoi ? Cela est du essentiellement à la hausse du nombre de trimestres requis pour les nouvelles générations prévue par les dernières réformes des retraites. La situation devrait s’aggraver puisque la dernière réforme en date, celle du 20 janvier 2014, a encore allonger la carrière requise pour liquider ses droits sans décote.

Le nombre de retraites liquidées avec surcote devrait baisser à l’avenir

Le mécanisme de la surcote n’est pas en reste puisque le Cercle de l’épargne estime à 13,4 % le nombre de pensions, tous régimes confondus, liquidées en 2014 avec le bonus. 12,4 % des nouveaux retraités du RG étaient concernés. Ce chiffre atteint même les 30,4 % dans la Fonction publique d’État. Par contre seuls 1,6 % des retraités de la SNCF sont partis avec une surcote.

Alors que le nombre de pensions liquidées avec décote devrait augmenter, celles qui bénéficient d’une surcote devraient baisser à l’avenir, les dernières réformes des retraites ayant entraîné un report de l’âge légal de départ (2010) et un allongement de la durée de cotisations (2014).

Lien : www.agefiactifs.com

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Audit Retraite