À quel âge un fonctionnaire part-il à la retraite ?


La retraite du fonctionnaire nourrit beaucoup de fantasmes… À quel âge partent-ils en retraite par exemple ? Le COR s’est penché sur la question, voyez ce qu’il en ressort :

Mais finalement, à quel âge un fonctionnaire liquide-t-il sa retraite ? On entend bien souvent tout et son contraire lorsqu’il s’agit d’évoquer les conditions de départ en retraite des agents publics. Et malheureusement il existe beaucoup de « clichés » qui nous éloignent de la réalité et sur-évaluent les avantages retraite des fonctionnaires. Le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) a publié début mars une étude sur le sujet qui pointe notamment l’allongement progressif de la durée d’activité dans le secteur public, et du même coup le report de l’âge de départ à la retraite.

Il apparaît avant tout de bien distinguer la situation dans les différentes fonctions publiques existantes : au sein de la Fonction publique d’État, le COR fait état d’un âge moyen de départ fixé à 61,1 ans contre 61,6 ans dans la Fonction publique territoriale et « seulement » 59,4 ans dans la Fonction publique hospitalière. Cet écart s’explique essentiellement par des spécificités liées au statut du personnel médical qui bénéficie de conditions de départ plus avantageuses (départ entre 55 et 57 ans au titre des « catégories actives ») en raison de la pénibilité particulière de leur métier (infirmières, sages-femmes etc).

La tendance est à la hausse (l’âge moyen de départ en 2000 dans la FPT et la FPH était plutôt de l’ordre de 57,3 ans) et ce n’est pas près de changer suite aux dernières réformes des retraites. En effet, depuis 2003 les réformes successives ont pour objet d’aligner les conditions de départ des agents publics sur le secteur privé. Cela passe par une augmentation de l’âge légal de départ à 62 ans, la fin des 37,5 annuités requise pour partir avec le taux maximum de pension, et la suppression progressive des dispositifs de départ anticipé propres à la Fonction publique (départ au titre de « 15 ans 3 enfants », fin programmée des « catégories actives » etc).

L’impact de ces réformes se répercute différemment selon le sexe : les hommes n’ont reporté leur départ que d’un an en moyenne (61 ans en 2014 contre 60 ans en 2000) alors que les femmes ont, elles, reculé leur âge de départ de quatre ans environ (60,5 ans en 2014 contre 56,1 ans en 2000).

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Audit Retraite