Un futur retraité s’immole devant la CARSAT


Encore une histoire insolite, mais qui cette fois a pris une tournure dramatique… En effet, le 27 avril 2016, un futur retraité, Patrice Claude, s’est aspergé d’un liquide inflammable puis a allumé son briquet devant la Caisse d’assurance retraite et de santé au travail (CARSAT) de Marseille.

carsat

la CARSAT de Marseille fait polémique

Il s’immole pour dénoncer la complexité administrative de la procédure de liquidation des retraites en France

La raison ? Un différend d’ordre administratif avec la Caisse, qui lui réclamait « un énième justificatif supplémentaire pour enfin faire valider sa demande de liquidation de pension« . La lenteur et complexité administrative dans la procédure de départ en retraite auprès de cette CARSAT a régulièrement été évoquée par des assurés ces derniers mois. Cela fait d’ailleurs écho aux problèmes qu’on rencontré certains caisses de retraite récemment pour liquider leurs dossiers de retraite. Des retards pouvant atteindre 8 mois pour certains cas extrêmes, qui selon le gouvernement seraient désormais de l’histoire ancienne

Suite à cet évènement douloureux qui s’est terminé tragiquement (l’homme a été brûlé sur plus de 60 % du corps et a du avoir recours à une greffe de peau), un comité de soutien a été créé afin de « rendre sa valeur politique à l’acte désespéré de Patrice« . Les membres du comité et la fille de la victime ont par ailleurs affirmé qu’il avait fait ce geste « pour dénoncer sa situation et celle des autres assurés livrés à eux-mêmes« . Une manifestation organisée par le comité a été organisée avec succès en juin dernier. Plus d’une centaine de personnes se sont réunies devant les locaux de la CARSAT de Marseille pour dénoncer la situation et l’inertie des autorités. Cela a également été l’occasion de souligner la situation précaire de Patrice Claude, qui n’a pas de mutuelle, et de demander une participation financière des organismes sociaux pour « l’aider ».

La CARSAT se dédouane d’avoir manqué à ses obligations

Du côté de la Caisse de retraite, on botte en touche. La directrice de la CARSAT, Anne Dumontel, a affirmé qu’il n’y avait pas eu de retard sur le dossier de Mr Claude, une demande de liquidation somme tout « très classique qui ne pose aucun problème habituellement« . La demande avait été déposée en février, pour un premier versement mensuel de la pension début juin, ce qui constitue le délai légal prévu aujourd’hui pour le traitement d’un dossier… Elle rajoute par ailleurs que la victime « n’était pas sans ressources puisque la CAF continuait à lui verser une indemnité au titre de son handicap qui devait ensuite être substituée à la pension de retraite« . Pas sûr que cela suffise à Patrice Claude, sa famille et les membres du comité de soutien.

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Audit Retraite