la retraite progressive


Avec la nouvelle réforme des retraites complémentaires, je vais probablement subir un abattement de ma pension ARRCO si je liquide mes droits à 62 ans. Est-ce que je peux me mettre en retraite progressive pendant 1 an jusqu’à 63 ans pour annuler ce « coefficient de solidarité » ?

C’est parfaitement possible ! Si vous obtenez l’accord de votre employeur pour un passage à temps partiel, vous pouvez entrer dans le dispositif retraite progressive à 62 ans et pour la durée que vous souhaitez ! En y restant au moins 1 année calendaire cela vous permettra de liquider votre pension sans ce fameux « coefficient de solidarité ». En plus, vous allez continué à cotiser et à accumuler des points de retraite complémentaire sur la base de votre rémunération à temps partiel. Vous allez même générer de la surcote au Régime général puisque vous remplissiez les conditions du taux plein à 62 ans.

Actuellement salarié, j’ai 65 ans et je n’ai toujours pas liquidé mes pensions de retraite, ce qui me permet de générer de la surcote. Je suis à temps partiel 80 %, et souhaiterais en janvier 2016 passer à mi-temps tout en bénéficiant de la retraite progressive. Je me pose plusieurs questions au regard de la nouvelle réglementation : Est-ce que je peux faire de la surcote en étant en retraite progressive ? Et jusqu’à quand ? Le passage en retraite progressive doit-il obligatoirement débuter le 1er janvier ?

La nouvelle réglementation n’empêche pas de générer de la surcote tout en étant bénéficiaire du dispositif retraite progressive, aucun problème de ce côté là. D’ailleurs aucune limite d’âge n’étant prévue, vous pouvez continuez encore plusieurs années. L’entrée dans le dispositif se fait le premier jour du mois qui suit la réception de la demande de retraite progressive. Nul besoin d’attendre le 1er janvier.

Né en 1954, je suis actuellement salarié cadre au forfait jours, et souhaiterait réduire mon activité pour bénéficier du dispositif retraite progressive, comment cela fonctionne-t-il ?

Pour pouvoir bénéficier du dispositif retraite progressive il faut justifier d’un contrat de travail à temps partiel. Cela n’est donc pas possible dans le cadre d’un forfait jours « réduit ».

Bénéficiaire de la retraite progressive depuis le 1er janvier 2014, je travaille à temps partiel 80 %, et la CARSAT me verse 30 % de ma future pension de retraite conformément à la réglementation en vigueur à l’époque. Or, j’ai appris qu’avec la nouvelle réglementation la part versée par les Caisses de retraite doit être proportionnelle à la durée du travail (temps partiel 80 %, retraite versée 20 %). Est-ce vrai ?

C’est vrai, mais la nouvelle réglementation sur la retraite progressive n’est applicable qu’aux assurés qui entrent dans le dispositif à compter du 1er janvier 2015. Pour les autres, les anciennes dispositions s’appliquent. Vous ne serez donc pas impacté par une baisse éventuelle de vos droits retraite.

Actuellement à temps plein, je souhaite diminuer mon activité pour bénéficier du dispositif retraite progressive. Mon employeur peut-il me le refuser ?

Pour pouvoir bénéficier de la retraite progressive, il faut que vous justifiez auprès des Caisses de retraite concernées de votre activité réduite (contrat de travail à temps partiel). L’employeur a le droit de refuser le passage à temps partiel, mais il devra le justifier (par exemple, pour « organisation du service »).

Je suis très intéressée par le dispositif « retraite progressive », d’autant plus que mon employeur est d’accord pour que je réduise mon activité. Si j’ai bien compris, tant que je continue à travailler je vais continuer à accumuler des droits à la retraite. Voici mes questions : quel impact le passage à temps partiel va avoir sur le montant de ma retraite définitive ? Si l’impact est trop important, puis-je sur-cotiser et auprès de quel régime ?

Le passage à temps partiel implique en principe que vous ne cotisiez plus pour la retraite qu’en fonction de votre activité réduite. Cela n’aura pas d’impact sur l’acquisition des trimestres, mais votre salaire soumis à cotisation et pris en compte dans le calcul de la retraite subira nécessairement un abattement…

Pour éviter cela, et s’il existe un accord qui le prévoit au sein de votre entreprise, vous pouvez demander à votre employeur de sur-cotiser comme si vous étiez toujours à temps plein (cela peut coûter cher en fonction du contenu des accords). En fonction de l’accord, cela vous permet d’annuler l’impact du temps partiel à la fois au RG et aux régimes ARRCO/AGIRC…

Salariée non cadre, je suis née en 1955. Je comptais aménager ma fin de carrière en réduisant mon activité. Néanmoins je ne souhaite par rester salariée. Je pensais passer en libéral tout en demandant la retraite progressive, pour une activité que j’évalue à 40 % d’un temps plein. La CARSAT me le refuse, pourquoi ?

Parmi les conditions requises pour bénéficier du dispositif retraite progressive, il y a « exercer une seule activité salariée à temps partiel, décomptée en heures ». Dans votre cas, l’activité libérale ne peut être retenue. Vous ne pouvez bénéficier de cet aménagement.

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Audit Retraite