Relevé de carrière : comment le décrypter ?


Le relevé de carrière est un document essentiel pour tout savoir sur sa retraite avant de quitter la vie active. Que faut-il savoir avant de se plonger dans cette lecture très technique ?
Décrypter relevé de carrière

Décrypter un relevé de carrière

Tous les salariés ont accès, s’ils le souhaitent, à leur relevé de carrière, un document régulièrement tenu à jour par les caisses des retraites qui compile l’ensemble des droits acquis par les actifs au cours de leur parcours professionnel.

Relevé de carrière : son contenu

Tous les emplois rémunérés exercés durant la vie active doivent figurer sur le document, y compris les stages d’au moins deux mois consécutifs qui ouvrent, depuis 2015, des droits à la retraite via le versement d’une cotisation trimestrielle de 386,16 €.
Tous les salaires sont comptabilisés, dans la limite toutefois du plafond annuel de la Sécurité Sociale (PASS), soit par exemple 38 616 euros en 2016.
Les trimestres également figurent sur le relevé. Cette année, une rémunération au moins égale à 1 450 euros permet d’en valider un auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV).
Il faut donc percevoir un revenu annuel de 5 800 euros minimum pour valider quatre trimestres. Rappelons que c’est le total de ces trimestres acquis qui détermine la date à laquelle la retraite s’appliquera sans décote. Pour la génération née en 1954, qui atteindra l’âge légal de départ de 62 ans en 2016, la durée de cotisation minimale pour bénéficier d’une pension pleine est fixée à 165 trimestres, soit 41 ans et 3 mois. Elle passera à 41 ans et deux trimestres pour les générations 55, 56 et 57, puis à 41 ans et trois trimestres (1958, 1959 et 1960), et à 42 ans pour les trois suivantes. Cette durée d’assurance atteindra progressivement 43 ans à partir de la génération née en 1973.

Régulariser son relevé de carrière

Cette pièce a beau être officielle, elle n’est pas toujours exempte d’erreurs ou d’oublis. Parmi les salariés les plus scrupuleux qui relèvent ces inexactitudes, beaucoup se décident à interpeller l’administration pour obtenir des correctifs immédiats. En vérité, aucune régularisation n’est possible avant l’âge de 55 ans, mais la démarche est bonne car ces rappels à l’ordre permettent de tenir informés les différents organismes des modifications qu’ils seront tenus d’apporter le moment venu, munis de toutes les preuves requises. Il est donc conseillé aux assurés d’être attentifs aux informations qui sont mentionnées sur leur relevé de carrière afin de se donner le temps de rassembler l’ensemble des justificatifs nécessaires à leurs éventuelles mises à jour.
Encore faut-il avoir les armes pour décrypter ce document souvent fastidieux : certains salariés préfèrent se faire aider par un conseiller pour reconstituer le détail des droits qu’ils ont acquis sur plusieurs décennies, en durée de cotisation pour la retraite de base et en points pour le régime complémentaire. Précision importante : les trimestres validés au cours d’un congé maternité ou d’un service militaire ne figurent pas sur le relevé de carrière. Ces deux cas n’entrent pas en ligne de compte pour déterminer l’âge de la retraite à taux plein, mais servent à calculer le montant de la pension.

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Audit Retraite