Les réformes de retraite vont faire baisser les pension


Les études sur la retraite se suivent et se ressemblent… En effet, la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques DREES en partenariat avec le Conseil d’orientation des retraites (COR) vient de publier fin décembre 2016 un rapport dans lequel elle présente les conséquences des différentes réformes de retraite sur l’âge de liquidation des pensions et leur montant moyen.

Impact des réformes de retraite sur l’âge de départ…

La démonstration porte essentiellement sur les 2 dernières réformes des retraites mise en œuvre pour redresser les comptes de des régimes de retraite : la réforme de 2010 et celle de 2014. On constate par exemple que le report progressif de l’âge légal d’ouverture du droit à pension de 60 à 62 ans, conjugué à l’alourdissement des conditions requises pour bénéficier du taux plein (réunir le nombre de trimestres requis pour sa génération – passé progressivement à 172 trimestres soit 43 ans de cotisations), entraîne un recul de l’âge moyen de départ en retraite. Les futures générations perdraient ainsi « environ 1 an et de demi de vie à la retraite par rapport à leurs aînés« . Si on prenait par exemple la génération née en 1980, elle devrait profiter de 26,4 ans de retraite en moyenne au lieu de 28 ans avec les nouvelles réformes de retraite.

…et sur le montant des pensions

L’allongement de la durée de la vie active devrait avoir au moins comme conséquence positive d’augmenter le montant moyen des pensions, puisque nous avons passé ou passerons plus de temps que les précédentes générations à cotiser. Un plus grand nombre de trimestres, des salaires plus élevés grâce à la hausse du niveau de vie… autant d’indicateurs favorables.

Problème : des économies d’échelle sont réalisées via les différentes réformes de retraite dans le même temps ! En effet par exemple s’agissant de la revalorisation annuelle des pensions, celle-ci a été décalée de plusieurs mois par les régimes de retraite (6 mois pour le RG, 7 mois pour les complémentaires). D’ailleurs les pensions sont gelées ou très peu revalorisées depuis plusieurs années à cause de la conjoncture économique… Ajoutez à cela les mesures d’urgence prises par les régimes complémentaires ARRCO/AGIRC dans leur dernier accord du 30 octobre 2015 via la sous-indexation des pensions qui sont figées jusqu’à « au moins 2019« …           Sans compter sur le fait que d’autres réformes sont annoncées et promettent un relèvement conséquent de l’âge légal de départ et du nombre de trimestres requis pour liquider sa retraite à taux plein : de plus en plus d’assurés seraient alors susceptibles de liquider leur pension avec une décote.

Résultat, avec toutes ces réformes de retraite, l’âge de départ à la retraite devrait reculer mais les pensions devraient également diminuer… La DREES parle d’une « réduction globale sur la durée de vie à la retraite d’1,3 % » dès la génération 1950, pour atteindre «  4,5 % pour la génération 1980« . Cet impact sera variable selon le niveau de revenu des assurés et « le degré de précarité durant leur carrière« . L’impact sur le montant des pensions atteindrait les 10 % pour les assurés « qui sont sortis du monde du travail à partir de 50 ans » alors que les assurés ayant des revenus aisés et une carrière complète ne subiraient « que » une baisse de 3,4 %…

Encore des bonnes nouvelles finalement.

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Audit Retraite