Le gouvernement améliore l’accès à la complémentaire santé


L’accès à une complémentaire santé de qualité n’est pas toujours assuré pour les retraités. Le coût particulièrement élevé, notamment pour les retraités « âgés » doit être « modulé » selon le gouvernement.

En effet, ils subissent de plein fouet une hausse “significative” du coût de leurs garanties santé et se retrouvent généralement face à un dilemme : continuer de bénéficier du contrat santé collectif dont ils bénéficiaient en tant que salarié, avec une hausse des prix très importante (prise en charge de la part patronale de cotisations, majoration pouvant aller jusqu’à 150 % du tarif appliqué aux salariés en activité), ou bien s’assurer de manière individuelle (au risque d’être moins bien couvert et de voir le prix de la complémentaire santé augmenter avec l’âge et devenir rapidement inabordable)…

Pour éviter de voir de plus en plus de retraités non couverts par une complémentaire santé, la ministre des affaires sociales et de la santé Marisol Touraine a annoncé une série de mesures au sein du projet de loi de Financement pour la Sécurité sociale de 2016, présenté le 24 septembre 2015 (François Hollande avait déjà évoqué la nécessité d’une réforme d’ampleur https://www.audit-retraite.fr/actualite/francois-hollande-veut-reduire-le-nombre-de-retraites-qui-ne-beneficient-pas-dune-complementaire-sante/) :

La première mesure concerne le maintien de la garantie complémentaire santé collective des salariés aux retraités (ou “maintien Loi Évin”). Le problème majeur réside donc aujourd’hui sur le coût de se maintien, les cotisations pouvant représenter dès la première année en tant que retraité 150 % de plus que celles versées par les salariés de l’entreprise. Le gouvernement propose ainsi de maintenir le tarif salarié la première année d’adhésion au contrat par le retraité. Le tarif augmenterait progressivement les années suivantes (sur 3 à 5 ans) jusqu’à atteindre le plafond des 150 % du tarif applicable aux salariés.

La seconde mesure concerne spécifiquement les retraités “de plus de 65 ans qui n’ont plus les moyens de payer une complémentaire santé”. Afin de faire baisser les prix et de leur permettre de s’assurer, une procédure de “mise en concurrence des assureurs” devrait voir le jour : les retraités seraient orientés vers la complémentaire qui représente le meilleur rapport qualité/prix en fonction de leur situation (âge, état de santé etc.). Un système de “crédits d’impôt” devrait également voir le jour et serait accordé “aux organismes dont le contrat santé aura été labellisé”.

À noter qu’il s’agit pour l’instant d’un projet de loi ; il faudra attendre les prochaines versions du texte pour avoir le détail de la mise en place de ces différentes mesures. Affaire à suivre…

Auteur : Florent SARRAZIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Audit Retraite